Parlons santé

Santé et nourriture, n’est ce pas contradictoire ?

Voilà, ma lettre de motivation et mon CV ont été envoyés pour une formation en nutrition. Y a quelques années, je collaborais avec une diététicienne et c’était très enrichissant même si à l’époque, je n’étais pas encore assez mure pour m’intéresser sérieusement à tout cela.

Une patiente m’expliquait qu’elle s’était intéressée au bio petit à petit et qu’en s’y intéressant bien manger lui était aussi venue…

J’ai pris le problème dans le sens inverse, je me suis intéressée aux régions, aux pays, aux modes culinaires à travers le Monde et peu à peu à travers le microcosme de mon métier, j’observe les conséquences de certaines alimentations.

Si je prends mes patients la majorité à 55% pose des questions sur la nourriture à un moment ou à un autre de leur réeducation. Manger tient une part importante dans notre existence. 20% de mes conversations vont concerner l’actualité ( ca tient une part importante dans leur vie, moins dans la mienne ). 40% leur vie actuelle, passée ou future ( qui influe sur leur état de santé souvent ). Mais la nourriture vient toujours à un moment ou à un autre…

J’ai la chance d’avoir une bonne culture dans ce domaine aussi j’arrive à parler à presque toutes les nationnalités sans trop d’erreurs et comme me le disait une patiente étrangère  » c’est agréable de pouvoir parler de son pays avec quelqu’un que ca intéresse ou qui sait de quoi on parle ».

Dans mes grands fans du milieu médical ( et ils sont peu ), il y a Henri Joyeux. Rendez vous compte, ses écrits datent d’il y a plus de 30 ans et on commence seulement à les appliquer aujourd’hui. Ca ne vous choque pas ?

Je l’ai découvert il y a quelques années quand je faisais des recherches pour une intervention que je devais faire dans un collège sur l’abord de la sexualité. Je cherchais les bons mots, les bonnes phrases à dire ou faire. Et je suis tombée sur son livre… Et là, j’ai réalisé que effectivement cet homme, ce médecin avait raison.

Dans son ouvrage, il parle énormément de la prévention en expliquant que celle ci se fait avant 15 ans. Rappelez vous vos cours de sexualité ? Les miens ont eu lieu j’avais 13 ans en troisième on a eu une intervenante qui nous a parlé de  » mouille »  » de sexe « … et moi, j’étais complètement et choquée et larguée. Puis, y a eu les cours de SVT. La deuxième intervention à eu lieu en seconde et en première si je me rappelle bien pour encore nous parler du Sida… Autant vous dire que ca nous saoulait plus qu’autre chose.

J’ai appris qu’une fellation pouvait entrainer le Sida j’avais 25 ans soit 10 ans après au cours d’une formation professionnelle. A aucun moment, on m’en avait parlée avant cela.

Mais la magie du livre de Joyeux était d’expliquer que le langage à formuler doit viser des problématiques ou des conséquences effrayantes. Une femme sauf exception veut procréer. A un moment ou à un autre, elle le voudra ( si ca l’intéresse bien évidemment ). Expliquer à un enfant qu’il ne pourra pas le faire, qu’il pourra être stérile en ne mettant pas de préservatif sera plus parlant que le Sida. Ceci est qu’un exemple très réducteur de l’ouvrage.

Et puis, du coup, je me suis dit  » ce médecin, a t’il écrit d’autres livres ? « .

Et oui… CHANGER D ALIMENTATION, MANGER MIEUX, LA VIE SELON LES SAISONS… pour les livres concernant l’alimentation. Ses conférences en ligne sur Youtube sont prenantes et mettent les pieds dans le plat.

Bien sur, peut on tout appliquer ?

Non.

Mais réfléchir est déjà une bonne chose.

Un autre auteur Greger qui a écrit COMMENT NE PAS MOURIR commence à me faire réfléchir : ce dernier à force de mettre des études scientifiques et des applications concrètes dans son livre force après seulement 150 pages à vous donner envie d’être végétarienne… Quand on sait que rien ne me fait plus saliver qu’un steak tartare ( surtout depuis que je le mange couper au couteau – Merci Arthur Le Caisne – ) ou un paleron de boeuf mariné au paprika, on peut se dire que c’est pas demain la veille.

Mais cela pousse à réfléchir sur comment s’alimenter selon un contexte donné.

Vous avez du cholesterol, alors pourquoi ne pas tenter pendant trois mois de l’abaisser avec 4 noix d’amazonie par mois pendant trois mois. Refaire une prise de sang et voir. Je trouve que lorsqu’on est sous pillule et que cela nous arrive est ce que cela ne vaut pas le coup de tester ? Une de mes anciennes amies était au régime à 20 piges à cause de cela. Si elle avait connu cette étude, n’aurait elle pas pu tenter ? Est ce que cela ne lui aurait pas permis d’arrêter de se priver pour stabiliser un taux dérégler par les hormones ?

Deux autres livres m’ont fait réfléchir, DETOX et EXTRACTEUR DE JUS… La constipation et ses méfaits concernent toutes les femmes ( et parfois les hommes ). Je vous ferais un article à ce sujet un jour. Joyeux expliquait dans son ouvrage qu’il fallait augmenter l’apport de fibres par l’alimentation. Sauf que je mangeais déjà beaucoup de fruits et légumes sans constater d’effets sur mon transit. Et puis, les jus maison me trottaient dans la tête.

C’est une patiente qui m’a incitée à cela et je l’en ai remercié.

A chaque séance, elle me presse des oranges. C’est frais, bon… Et aussi débile que cela puisse paraitre, je n’ai jamais rien mangé de meilleur.

Alors, suite à une promotion, j’ai investi dans DOMOCLIP et je ne le regrette pas. 3 semaines que c’est mon allié anti constipation. Habituellement, on recommande les jus de pommes pressés pour lutter contre ( mes patients hallucinent toujours quand je leur dis cela ) mais finalement, l’apport de plus de fruits et légumes en plus chaque jour suffit à lutter contre.

Alors pareil, pourquoi ne pas tenter ? On perd quoi 10 minutes par jour. 50 euros de notre proche en une fois. J’ai fait le calcul pour cette semaine. Une vingtaine d’oranges m’ont coutée 2 euros. 15 carottes pour 1,79. 10 citrons pour 1,50 euros. Soit moins de 7 euros pour faire plusieurs jus dans la semaine qui permettront de meilleurs apports que bien des produits du commerce.

Et puis, les gosses ils adorent.

Mon fils me dit quoi mettre ou le fait lui même. Il trouve cela rigolo. Et ca me rappelle vraiment quand j’étais petite avec mon papa. Je trouve cela sympa.

Ensuite vient MA VIE SANS FRIGO ( que je n’ai pas encore ) dont j’ai eu l’occasion de lire un reportage qui m’a bluffée.

A la base, il faut savoir que depuis que je fais mes courses à GRANDFRAIS mes légumes et mes fruits se conservent deux semaines sans problème. A monoprix, à carrefour, à intermarché, à franprix et à casino… C’était une galère sans nom pour conserver les produits. Le gachi venait souvent car ils tenaient 3 jours grand max.

Suite à un oubli y a quelques semaines, mes tomates sont restées à l’air libre… Quand je les ai découvertes forfuitement ( je suis en plein travaux ) elles étaient encore plus rouges qu’avant, plus fortes en gouts et elles avaient tenues.

Aussi le livre de James Wong MANGER MIEUX POUR VIVRE MIEUX m’a interpellée. Et si on conservait, si on cuisinait et si on comprenait de manière scientifique comment sont nos aliments pour en exploiter le maximum des bienfaits et à défauts au moins en avoir conscience.

De même, le livre JE MANGE MEDITERRANNEN de Guy Avril peut faire réfléchir à comment envisager une alimentation différente.

Et puis, que risquez vous à essayer comme le dit si bien Greger ?

Ayan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s