Salon de la pâtisserie

Il va falloir que je fasse attention à ne pas m’attirer les foudres du salon avec mes propos… à venir.

Il faut savoir que nombre de personnes dans le Tram de 13h était furax, en colère et pestait contre le salon. A juste titre je pense.

Pour cela, il faut reprendre du début. Nous avons tous imaginé ce salon dans notre tête, dès l’instant où ils en ont parlé. Et quelle déception !

14 euros l’entrée… pour cela ?

Y a de quoi se poser franchement des questions.

Pour ma part, je suis contente mais décue.

J’imaginais un espace grand ( nous sommes quand même porte de versailles) et au final le hall 2.2 est minuscule. J’imaginais plein de patisseries de chefs francais et d’ailleurs, et au final ils sont 5 à tout cassé à présenter leur patisserie. Si vous êtes déjà allé au salon du chocolat, vous comprendrez l’attente qu’on avait tous.

Là, on avait un japonais, un maghrébin et trois francais. Le reste des patisseries vendues étaient par Fauchon, Delloyau ( impossibilité totale d’accéder au stand ) et autres grosses boites.

On imaginait tous des salles de conférences pour les différentes programmations qui avaient l’air passionnantes… au lieu de quoi comme pour la Sugar Paris c’était des stands au milieu de la foule parfois très peu délimitées où mon sonophone m’a fait défaut plus d’une fois pour comprendre ne serait ce seulement de quoi il était question.

Et ne parlons pas de l’espace forum pour les conférences, impossible de rentrer. Complet. On étouffe. Une horreur.

Concernant les autres stands, ceux qui n’ont pas leur place là bas : liqueur mojito était probablement le plus exotique du lot. C’était bon, particulier… mais le rapport ? Haagen Dazs, que vient faire cette délicieuse marque de glace dans un salon comme celui ci ? Et une voiture, que fait elle là ? Y a des subtilités que je n’ai pas comprises.

Et les stands de patisseries ? Si Scrapcooking et Buyer n’étaient pas venus… et bien, il y en aurait pas eu. J’ai trouvé cela dommage.

Pour le reste, j’ai apprécié les nouveautés de certains artisants désireux de faire partager leur savoir faire ( gateau de voyage… ) et leur plat. Et cela avait le goût de la nouveauté car ils n’étaient pas sur les salons précédents que j’ai fait ces 5 dernières années donc j’ai pas eu l’impression d’un tourisme alimentaire.

Mais il est dommage qu’il n’y ait pas eu plus de représentant de notre gastronomie francaise en terme de patisserie. On est à Paris, c’était si dur que cela de proposer des patisseries de grands chefs ?

Parce que toutes les critiques que j’ai entendu sur le quai c’était le plus gros reproche qu’on faisait au salon.

Et puis, je ne suis pas patissière, mais énormément de CAP était présent… et pour moi ce salon, c’était l’occasion pour certains de trouver des débouchés, présenter leur travail, se démarquer… se vendre.

Mais à qui ?

A part Belle Envie, Maison d’Alep… y avait presque personne.

Après, j’ai failli frôler l’apoplexie quand j’ai vu Pierre Hermé en face de moi. Quand vous êtes devant le chef et que seulement 10 cm vous sépare de lui… C’est impressionnant. Je ne sais pas expliquer, mais vous avez ce sentiment qu’il sait très bien contrôler son image de marque. Il était gentil à l’égard du patissier à qui il s’adressait. Vrai. Et en même temps quelle aura de puissance à tel point que personne dans les dizaines de personnes près de moi n’a ni demander de photos avec lui, ni oser lui parler.

Un vrai silence de respect.

Tous bluffés je crois de le voir sous nos yeux en vrai.

Mais même lui aucune de ses créations n’étaient là… Une petite pincée au coeur. ( correctif : il devait visiblement y avoir un stand sur le programme mais je ne l’ai pas trouvé en faisant pourtant 3 fois le tour de l’espace bondé )

***

Qu’ai je appris au salon ?

Qu’on pouvait arromatiser la meringue suisse et la laisser au frigo une nuit avant de la montée.

Que faire le meilleur patissier professionnel ou le LMP ca permettait après d’être dans un salon et de rencontrer du monde. Leila a été submergée par les demandes de photos… et il y avait un autre de présent dont le nom m’échappe.

***

Est ce que je le referais ?

NON.

Clairement, j’ai eu de très bons contacts avec beaucoup de personnes sur place qui étaient désireuses de partager.

Je remercie la vendeuse du Journal de la Patisserie, le Stand Ferrandi, la vendeuse de Vahrona ( comme dit mon fils le chocolat fraise c’est comme de la glace à la fraise ), le stand de la Mutinerie et japonais pour leurs créations délicieuses et celles des macarons de bruno pour leur gentillesse.

***

L

a mutinerie test :

Meringue aromatisé et chocolat ( à venir )

S

Sadaharu Aoki : macaron tokyo paris

Il s’agit d’un macaron comme une gauffre au macha, chocolat. En bouche, c’est  » dur à macher  » d’après mon fils. Pour le goût j’ai bien aimé. C’est original. Ca ne vaut pas 4 euros, mais c’est beau à voir faire. Ma fille a adoré.

Plusieurs adresses à Paris

Bruno Laffargue

Une adresse : 50 chemin du vol feur 06800 Cagnes sur mer.

DELICIEUX. J’ai adoré. Ma fille a abandonné son biberon pour en voler un. Mon fils et moi ont vous livre nos commentaires :

  • bergamote : délicieux avec un petit goût de poivre. Notre préféré.
  • cherry tonka : la tonka est subtile mais c’est très bon. La cerise c’est particulier, je pense qu’à la base c’est une compoté de cerise légèrement gélifiée.
  • larmes de licornes : on a adoré ce goût de grenadine. C’est délicieux. ^^ On retombe en enfance.
  • mojito : on n’a pas aimé. Et ma fille a recraché lol. Menthe plus que les autres arômes.

Et vous, si vous y êtes allé qu’en avez vous pensez ?

Ayan.

PS : photographies à venir sur Instagram ce soir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s