Bon Pot

Bon Pot

Restaurant Coréen

162 rue montmartre 

75002 Paris

En ce moment, je suis un peu distraite par pas mal de choses aussi j’ai du mal à me concentrer sur le blog. Il faut dire j’essaye d’apprendre ce que c’est qu’une ligne éditoriale, ce qu’est un trafic… Toutes ces choses que je refusais de voir ou de comprendre quand j’avais un blog qui rapportait entre 60 et 100 visites par jour. Aujourd’hui, cela m’intéresse et le travail qu’il y a derrière m »impressionne beaucoup. On peut cité Phoenix qui est actuellement sur LMP mais aussi Gala que certains ont pu découvrir comme moi avec ADN magazine ( une vraie source d’idées pour ma prochaine sweet table ).

Aussi sur l’idée de ma soeur, j’ai décidé de me lancer sur instagram… l’idée c’est de mettre les photographies de plats qui ne rentrent pas dans la ligne éditoriale du blog pour le moment. Et d’éviter les sujets qui n’en font pas partie. Auquel cas, je me dis que je peux toujours ouvrir un autre blog si je veux aborder ces sujets là ^^

Et alors, je suis impressionnée par le superficiel de Instagram. Clairement, j’aurai jamais eu l’idée de ce réseau social là. Je déteste déjà Facebook mais suis forcée d’y être pour être en contact avec ma famille ou mes amis. Twitter j’ai essayé sans succès d’adhérer… et Instagram… C’est un réseau social bien étrange.

Les gens s’abonnent en un clic, se désabonne en un, disent aimer en un clic ou pas… On est sur un côté très superficiel… Mais j’y trouve une belle source d’inspiration culinaire mondiale que je n’avais pas sur Pinterest qui fonctionne avec des mots clefs anglophone ou francais. Là, j’ai plaisir à surfer sur des profils thai, asiat, australien…

D’ailleurs c’est mon délire d’en ce moment, Zumbo la série TV australienne… où l’on retrouve le glaçage miroir que vous avez pu voir sur le blog de RantingFrenchMama. Le sien est plus beau que celui du pâtissier mais c’est juste… waouh !

***

Alors qu’on marchait dans la rue pour aller au théâtre voir la pièce Toc Toc, ma soeur me lança :  » si tu vois quelque chose qui te tente pour manger en une heure, dis moi « . On marchait tranquillement, quand je vois un écriteau écrit en coréen.  » attends « . Je m’arrête, je regarde… C’est un vrai coréen avec le logo  » maison dans la poêle  » enfin un restaurant que j’approuve. 15 euros en moyenne les plats. Parfait.

Je demande a ma soeur si elle connait, si elle a déjà mangé coréen. Elle ne connait pas, elle a jamais testé, elle veut tenté.

Quand on rentre, on nous demande i on a réservé… Et je comprends pourquoi, c’est un petit restaurant dans l’esprit des dramas. Très peu de place, une belle proximité, en bois… Superbe. Avoir réussi à rendre cette pièce aussi chaleureuse dans un espace aussi petit et nous plonger en Corée en franchissant la porte, c’est génial.

Les cuisines sont séparées d’un rideau de nous aussi on les aperçoit du haut de notre siège de bar où l’on s’attable.

La carte est restreinte.

On décide de partager les repas comme on faisait en Thailande, aussi on prend une assiette Anju découverte, un tartare de boeuf coréen et un maquereau saam le tout accompagné d’un shot de vin coréen à base de framboise noire.

J’informe ma soeur que même si je ne connais pas ce dernier pour ne l’avoir jamais vu à Ace ou à Kmark c’est probablement très doux. Car une bouteille de soju se vide en une soirée à soi seul et il est vrai qu’on peut comprendre le penchant des coréens pour l’alcool après le boulot tellement leurs alcools sont doux et fruités.

Celui là pour 4 euros ne fera pas exception. C’est doux, fruité, délicieux.

L’entrée arrive, et je découvre avec plaisir des wontons grillés, des mandus ( gyozas ) du kimchi et du concombre kimchi. Chacun accompagné d’une petite sauce délicieuse que j’aurais bien finie avec les doigts si j’avais pu.

Quand le tartare arrive, nous le regardons septique. Un cercle de boeuf bien rose haché. Et des concombres à peine travaillé cru à côté. De quoi vous dire…  » l’argent en l’air « . Mais il n’en est rien, en bouche c’est une explosion de saveurs. Probablement relevé avec de l’huile de sésame et du gochurang car il y a une odeur de sésame et un petit côté épicé sur la langue. Un délicat mélange, parfait, justement dosé.

Puis arrive les maquereaux. A l’abord ma soeur les pense trop sec et l’odeur la rebute. Il faut dire, si j’en avais pas cuisiné au four mariné un peu comme ceux qui nous sont servis, j’aurai aussi été refroidi. Mais le maquereau c’est délicieux. C’est fin, bon en bouche, moelleux… et là celà ne fait pas exception. C’est parfait.

On dévore

Un délicieux repas que je n’ai pas pu prendre en photo faute de batterie.

Ayan.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s