La cuisine Coréenne Fabien Yoon

… Un article par jour m’étais je dit… Sauf que voilà, prise dans mes examens de droit et différentes obligations j’ai eu du mal à me pencher sur le blog. Toutefois, malgré la tuyauterie de la cuisine qui lâche et quelques autres déconvenues, je continue à cuisiner malgré tout. Mon fils me réclame toujours de  » fabriquer des choses «  pour le petit déjeuner, et j’aspire moi même à manger… surtout coréen ces temps ci. Mais le principal responsable… c’est Netflix.

Tous les jours où je peux me demander  » pourquoi je suis avec mon homme ? «  je trouve plein de raisons. L’une d’entres elles et non des moindres est que je peux regarder autant de K Drama, J Drama ou T Drama que je veux sans que jamais il me dise  » t’es bête  »  » t’es stupide «  ou « c’est complêtement idiot ». Même que parfois, il m’oblige à en regarder quand je suis complètement déprimée parce qu’après il sait que je rigole stupidement.

Toujours est il qu’après avoir vu  » Hope «  qui m’a fait pleurer et cauchemarder toute la nuit, je me suis mise à  »  Love and Mariage « . Ce drama là, met en scène un chroniqueur culinaire et une journaliste féministe. Et les trente premières minutes vous salivez devant du poisson braisé, des palourdes, des crevettes fraîches sur toast de guacamole, des escargots de rivières ainsi que des méduses vivantes. J’ai adoré voyagé en Corée grace à ce drama qui prend le parti de compter chaque cuisine, chaque restaurant… comme un voyage à la découverte d’une autre culture. Ce qui manque énormément aux livres actuels sur la Corée du Sud c’est le Michalak de la cuisine coréenne. J’aurai adoré faire un concept comme il a pu le faire si je maîtrisais la langue… mais version Asie.

Autant vous dire que là, au travail, je rêve, pense et veux manger exactement la même chose. La fièvre du voyage me taraude aussi et je regrette de ne pas avoir les moyens de partir en Thailande voir mon ptit cousin… Cela fera bientôt un an que je n’ai pas eu la sensation d’avoir eu des vacances et mon passeport se rappelle à moi souvent.

Aujourd’hui sort le livre La cuisine Coréenne de Fabien Yoon que je me suis empressée d’acheter à Gilbert Joseph ( RER B luxembourg ) à Paris. Cet homme était jusqu’à présent un parfait inconnu pour moi. Le jeune homme qui a mon âge vit depuis près de 10 ans en Corée du Sud. Le côté  » j’écris des recettes  » est un peu prétentieux [ même si l’auteur dit bien qu’il n’est qu’un célibataire qui cuisine et non un cuisinier ] car beaucoup de ces dernières sont déjà dans les deux livres coréens que je pratique ainsi que sur la chaîne Maangchi. Toutefois, le jeune homme a une belle écriture, les photos sont jolies et on sent qu’il aime le pays dans lequel il vit aujourd’hui.

Le livre vous donnera à coup sur envie de voyager là bas.

Par contre, je suis un peu décue qu’il y ait si peu de  » côté personnel  » si peu de photos du pays… Bref je trouve le livre très pauvre par rapport à la couverture médiatique qu’il a recu avant sa sortie. Quand on présente un livre en disant  » on vous dira tout sur…  » les lecteurs s’attendent à des photos nombreuses, des encarts, des anecdotes, … au final très peu nombreuses à mon goût. Surtout pour quelqu’un qui fréquente le milieu médiatique de la Corée.

256 pages publiées aux éditions Chêne.

Rem 1 p19: l’algue Kim est en fait l’algue Nori. Si l’auteur vous présente tous les ingrédients  » coréens  » en les traduisant  » à l’européenne « , il a oublié de précisé que Kim = Nori en japonais ce qui parle du coup à bien plus de monde et évitera comme pour moi la première fois que j’ai lu ce mot dans un ouvrage coréen de fouiner à la recherche de ce que c’était.

Rem 2p32:  si on a pris l’habitude de cuisiner les légumes en biais en Asie c’est pour l’uniformité de la cuisson. En biais cela cuit mieux dans le wok.

Rem 3p32: l’ail… Préférer une fois la gousse d’ail épluchée, la couper en deux. Puis, prenez un couteau et frappez la lame fort dessus. Cela écrase la gousse et embaume l’air délicieusement. Vous n’avez plus ensuite qu’à hacher cette dernière. Sachez que beaucoup de coréens préfèrent congeler l’ail ce qui permet d’en couper une grande quantité et ensuite de ne se servir que de ce dont on a besoin.

Rem 4 p 22 : le jus de poire et le vinaigre de poire sont très utilisés en Corée du Sud. La vraie raison c’est que le jus de poire permet d’attendrir la viande. Il est donc le prélude à la plupart des marinades de boeuf. La méthode francaise consistant habituellement à enrouler la viande de boeuf dans un torchon et taper dessus avec une masse.

Rem générale : Kmark est il le sponsor du livre ? Parce qu’il est cité tellement de fois qu’on serait en droit de se le demander. Sachez que Kmark comme Ace sont dans la même rue Saint Anne à Paris. L’un plus proche de Pyramides ( métro 14 ) l’autre plus proche d’Opéra ( métro 7 ). Sachez aussi que par exemple quelques épiceries dites  » chinoises  » telle que Petit Tang ( Antony ) vendent les matières premières coréennes.

 

Allez plus loin : http://cy.cyworld.com/home/57763497 Son blog

Et apparemment il faut que je revois Secret Garden car il semble jouer dedans… J’ai adoré ce drama, mais si un francais était dedans je ne m’en souviens pas.

 

 

Ayan.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s