Cuisine coréenne ( semaine 2 )

 » Oh maman, c’est trop bon ce que tu as fait «  ce qui est incroyable quand vous faites la cuisine vous même, ceux sont les mots des enfants et de ceux qui les côtoient. Je me souviens d’une de ses éducatrices à la crèche qui est revenue en disant  » votre fils, c’est le seul à avoir manger les endives. Les autres bébés n’ont pas pu.  » la diversification alimentaire s’est faite comme un jeu… Un jour avec ma sœur on s’est dit  » pourquoi pas la purée de potiron que j’avais fait pour un gâteau « . Et à 5 mois et quelques il l’a mangé. On est resté bouche bée et j’ai continué.

Parfois, c’est mon fils qui me dit certaines associations qu’il veut manger comme la salade avec des noisettes broyées ou encore quand il mange des choses crues alors qu’elles sont habituellement préférées cuites. Mais le must, c’est y a quelques semaines quand on lui a demandé ce qu’il aimait et qu’il nous a répondu  » le brocolis et les choux de bruxelles « .

Il m’amuse avec sa façon de manger, de vouloir tout gouter… Et il m’aide beaucoup en cuisine. Je suis fier de ce petit apprenti qui est bien plus efficace que mon grand apprenti qui lui si c’est pas pour me séduire, ne m’aide pas tant que cela en cuisine lool

On attaque donc cette nouvelle semaine coréenne avec le mandu.

cuisina-004

Alors pour ceux qui ne connaissent pas c’est comme les gyozas japonais sauf que c’est coréen. Personnellement, je suis fan de gyozas, les vrais. Ceux que je fais depuis presque 10 ans. J’en ai fait pour mon papa, à Noel pour ma tante, pour mon homme Tchoupi… et surtout pour moi.

Kyoko est la première épicerie asiatique ou je me suis rendue avec Isse. On s’y était rendu avec ma meilleure amie pour faire notre premier repas japonais. A l’époque, on était inséparable ( je vous laisse deviner ce qui sépare des amies qui se considère comme des âmes sœurs… tous les livres en parlent… et la fiction est souvent bien réelle. ) La première est une petite boutique où vendeurs français et japonais vendent des produits d’importation japonaise et les produits fait par les français selon la tradition comme c’est le cas du Tofu, des biscuits au pandan et autres… Le deuxième pourrait être considéré comme le magasin de luxe japonais… C’est un style plus guindé, qui intimide ainsi que les prix, mais la qualité est là… Leur liqueur de prune est une des meilleures du marché. Et il distribuait à l’époque des recettes d’aliments japonais très bien faites.

Au rayon surgelé vous trouverez des galettes de blé dur pour gyozas. Facile d’utilisation, vous devez les humidifier à l’eau une fois décongelées puis y rouler la farce. ^^ Après soit une cuisson à la poêle avec de l’huile soit à la vapeur [ je vous recommande pyrex pour son panier à vapeur qu’il faut juste huilé ].

Moi, j’adore ! ^^

Du coup, j’ai fait des mandus ( ne me demandez pas la différence avec les gyozas ca ne se voit pas vraiment ) :

cuisina-006

L’assaisonnement est au gout de chacun mais ça fera un an et demi que je ne consomme plus de sel ni de poivre dans les plats. Un choix personnel que je n’oblige personne à suivre, mais pour ma part, je trouve qu’il y a suffisamment de gout pour ne pas s’obliger à mettre du sel ou alors, un grain de gros sel de Guérande sur une assiette pour la saveur rehaussée tel que le suggère le chef de Cauchemar en cuisine.

Ce soir, pour la première fois, j’ai acheté un poulet entier… J’ai un truc avec la viande froide et morte. Autant une dissection humaine ne me gène pas le moins du monde, pour y avoir participer… autant, un poulet mort… Beurk !

Ma mère m’a racontée comment autrefois on les tuait… On coupait la tête… elle se souvient du sang qui giclait et du poulet qui marchait encore… Avant de le plumer… Y a pas à dire, c’est trop… bizarre.

Il a fallu que je cherche l’anus de mon poulet, ayant souvent vu ma mère faire cela, elle en fait un excellent avec de la pintade farcie que j’ai mangé souvent dans mon enfance. Je l’ai cherché longtemps… L’anatomie du poulet c’est vraiment pas aisé. Finalement, une fois trouvé, je l’ai fouré.

cuisina-008

Beurk !

Allez il doit aller au four… La suite plus tard.

PS : si vous devez essayer un drama original, je vous recommande  » W «  sorti cette année sur l’histoire d’une jeune femme qui entre dans une BD pour sauver son héros préféré. C’est tiré d’un phénomène de mode appelé WebToon. Vous pouvez mater des Webtoon sur le site suivant : http://www.webtoons.com le tout gratuitement et en Français. Ceux qui sont doués en dessins peuvent y publier leurs œuvres. Un phénomène de mode bien plus sain que ne l’est Fyctia pour les francophones avec les écrivains en herbe.

Ayan

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s