MoiChef Jeremy Izarn

Box MoiChef

Izarn Jeremie

Pigeonneau en crumble de bois, marrons flambés, cognac et sauce aux mures

IMG_9525

Un grand merci à mon voisin qui a réceptionné ma box malgré lui il y a seulement deux jours. Je devais la cuisiner seulement mercredi, mais sur un coup de tête, j’ai décidé de le faire ce soir.

Cela m’aura pris de 17h à 21h en gérant mes deux enfants en même temps… autant vous dire que si vous êtes en couple et avec votre chéri comme commis ca ira probablement beaucoup plus vite.

Votre box contient :

  • 2 bierres Petite Mousse : on a bien rigolé car quand on les a versé c’était plutôt grande mousse que petite mousse. Par contre, j’ai beaucoup aimé l’accord pigeon mousse. C’est un accord parfait. IMG_9599
  • de la poudre d’amande : au goût, je n’ai pas ressenti de différence avec celle que j’achète moins chère.
  • des marrons sous vide : une petite tuerie. Il faudra trouver une idée pour les réutiliser. Peut être un mont blanc ? un marron glacé ?
  • des noisettes du Piémont : elles n’ont pas l’amertume de celles que j’achète quand on croque dedans et torréfiées elles sont juste excellentes. Par contre, préférez les torréfiées 20 à 30 minutes à 150°C. La cuisson proposée est selon moi trop élevée.
  • du miel de la fôret d’Ardèche : ca décape. C’est vraiment fort. Très particulier. On se sent tout de suite transporté en foret avec ce miel. rien avoir avec mon miel toutes fleurs ou celui d’Acacia que j’utilise d’habitude en cuisine.
  • cognac de Courvoisier : meilleur que celui que j’utilise actuellement en patisserie.
  • poudre de bois : ca c’est quelque chose. J’ai eu beau savoir ce que c’était, quand j’en ai mis en bouche, cela m’a fait un effet waouh. C’est particulier, fort, sauvage… Le chef parle de faire une glace avec… cela doit être sensationnel comme idée. Vous n’en gouterez jamais nulle part, donc foncez acheter la box Moichef.

Pour ma part, la poudre de bois m’a évoquée le feu de cheminée que l’on faisait dans notre première maison. A l’époque, on avait une belle maison avec une parcelle du Bois de Verrières. C’était sublime, j’adorais monter la haut et rester près des chènes. Mon père prenait du bois pour la cheminée. Il en faisait brûler parfois l’automne. J’aimais faire  » lhomme  » et l’assister quand il prenait la hache pour les couper. On prenait les chataignes qu’on mettait dans une poêle percée pour les mettre dans la cheminée. C’était trop bon. A moins que ce soit le fait d’être ensemble…

Trouver des mures a été bien compliqué à cette époque de l’année et m’aura coûter 10 euros. Au goût, elle n’avait pas la saveur de celle qu’avec ma tante on avait ramassé près de Bordeaux pour qu’elle fasse une délicieuse tarte aux mures. J’ai trouvé la saveur… fade.

Le chou romanesco était très présent sur les étals en septembre… là, impossible d’en trouver. Donc ma version est au chou fleur.

IMG_9582

Pour les pigeons… Ce fut une grande première pour nous 3 et ma deuxième visite chez un boucher. Près de chez moi, y en a un qui vend une excellente poire de boeuf… mais le reste du temps, il a rien sur son étal. Aussi, allant chez un autre boucher, je me renseigne :  » vous vendez du pigeonneau ? – du pigeon. Oui. – je peux en avoir un ? – un pigeon ? oui.  Mais il faut commander. – … – … – On fait comment ? Je vous laisse mon nom ? – Oui. «  Et ca a continué comme cela un moment. Je fus très frustrée par cette expérience où la fibre commercial ou l’éducation faisait défaut.

Finalement, comme j’ai trouvé des mures au marché… et comme je voyais sur un étal, un magnifique Pigeon Royal, j’ai décidé de tenté une nouvelle approche.  » Bonjour, je prendrais 2 pigeons. Est ce que c’est possible de lever les filets sur l’un d’eux ?  » La dame très commercial me renseigne et confie après paiement au boucher la charge de préparer le pigeon.  » Vous voulez pas que je lève les filets de l’autre ? – non, je veux essayer moi même – ah. «  J’observe ses gestes et l’interroge  » Pourquoi vous utilisez un chalumeau ? – souvent, même s’il a été plumé, il reste de petites plumes,ca permet de toutes les enlever.  » Je l’observe nettoyer la volaille avec un mouchoir. Il enlève les viscères puis les remet après m’avoir demandée dans la carcasse  » le coeur et le poumon se mangent « . 

IMG_9584

Verdict : je les ai fais revenir dans de l’huile d’olive à la poele. Le coeur c’est très bon. Le poumon,  » ca a le gout de foie  » disait Tchoupi, et j’ai eu du mal à tout manger.

Préparer les filets étaient pas trop dur finalement. la video Youtube de Moichef explique très bien la technique. Il n’y a qu’à la suivre fidèlement.

Comparaison

A gauche : mon boucher. A droite : moi. ^^

Pour la préparation, je dirais que ce qui est étonnant c’est de ne pas obtenir les mêmes résultats visuels. Je pense que le chef a fait des proportions pour 8 personnes… et pas deux. Car au mixeur plongeant on ne parvient malheureusement pas à mixer convenablement même en inclinant les récipients.

Probablement que plus de crème fraiche dans la crème de marrons auraient permis d’obtenir une couleur ou une texture plus proche de celle du chef.

Niveau goût : mon fils a détesté. Je pense que c’est surtout le côté Pigeon même si le boucher lui a expliqué que ce n’était pas dégueulasse mais des oiseaux elevés en volière. Mon chéri et moi on a adoré. Personnellement, la couleur rosé de la viande et le gout relevé de la viande, j’ai adoré. C’est une viande très tendre et très bonne. Une bonne alternative au canard. A tester au moins une fois.

IMG_9595

Pour les accords… La sauce au mure et les textures crumble, noisette, chou… C’est très curieux. Ca fait plusieurs textures en bouche et c’est bon. ^^

Actuellement, il me reste beaucoup de crumble et je pense que je le referais volontier avec une purée et du confit de pigeon ( suite au prochain article ).

confit pigeon

Pour ce qui est de la sauce aux mures, j’en referais… Ca sent tellement bon et c’est délicieux. J’ai utilisé le vinaigre blanc basalmique de la précédente box pour le faire.

IMG_9596

De la réalisation de cette recette, la seule difficulté pour moi fut de flamber au chalumeau… C’était ma première fois et j’ai eu très peur en voyant les flammes bleues s’échapper de ma casserole et lécher ma hotte. Une belle trouille qui nous a fait faire un sacré sceau en arrière à mon fils et moi.

Si vous n’avez jamais fait ce geste technique, regardez bien la vidéo où le chef le fait au chalumeau… Les flammes sont moins impressionnantes que celle que j’ai eu… mais cela m’a permis de bien gérer les gestes à faire.

( le dressage du chef à droite, le mien à gauche )

♫ Sudenly-Kim Bo Kyung

Cuisinez bien,

et tester ^^

Ayan.

 

 

My Cuisine

My Cuisine

 

My Cuisine Magazine faite son deuxième numéro ce mois ci. C’est un magazine qui ressemble beaucoup à Zeste magazine que j’adorais. Celui là est très commercial puisqu’il fait la promotion de My Cuisine TV qui est payante sur internet.

On retrouve les éditos de Zeste, la texture du papier et même le style de photographie.

Que trouverez vous dans ce nouveau magazine à 3,90 euros ?

Des nouveautés à acheter en magazins et en épiceries fines.

Des matchs produits c’est à dire des comparaisons selon les magazins.

Beaucoup de publicités

Des Step by Step ( qui pourrait être plus travailler )

Des défis chefs très intéressant puisqu’il s’agit de prendre une recette et de la décliner. J’aime beaucoup ce concept qu’on trouve aussi dans Toque Show. L’avantage c’est que cela fait travailler l’imagination.

Comme beaucoup de magazine culinaire vous retrouvez la partie : 1 chef et les produits qu’il aime cuisiner. C’est souvent une mine d’informations intéressante pour piquer des idées, des astuces…

Un Carnet de recette bien etoffée même si la première page est souvent inutile à lire ( dommage ).

La présentation des nouveautés livres

et un agenda des manifestations culinaires en France.

Ayan.

***

Feuilleté Tomate : la petite astuce c’est d’inciser la pâte feuilletée tout autour pour qu’elle puisse gonfler. Niveau goût c’est intéressant mais très fort.

IMG_9175

Tigre qui pleure : intéressant comme marinade. Très bon avec une bavette d’aloyau. Pour ma part, j’ai divisé toutes les proportions par deux ( sinon beaucoup de gachi, les excédents de sauce je les ai fait en marinade pour salade de tomates pour mon Bento déjeuner ) et comme je n’avais plus de sauce d’huitre, j’en ai mis que 5cl. Le meilleur Tigre qui Pleure que j’ai mangé c’est à La Papaye Verte à Orsay. Je vous recommande très chaudement ce restaurant à résa obligatoire deux services. C’est un restaurant traditionnel excellent dont j’ai testé beaucoup de plat à chaque fois que je m’y suis rendue. On est loin des plats thailandais épicées ( le resto est épicé à l’européenne pas à la thailandaise ) et c’est vraiment bon.

Toque Show

Toque Show

De Norbert

 

Comme je le disais précédemment, je n’ai pas de télévision. Ca ne m’intéresse pas et je parviens à me tenir informer via mes patients ou les journaux du métro ou du supermarché. C’est succint mais si le sujet m’intéresse plus amplement, je peux toujours surfer.

Aussi j’ai appris au moment de la Semaine 10 de Toque Show de l’apparition de cette série culinaire. Et comme il me fallait un bruit de fond sur mon ordinateur pendant que je cuisine, c’était l’occasion où jamais.

Toque Show c’est Norbert en présentateur ( il ne cuisine jamais ? ), Nathalie Nguyen, le beau marseillais, Fréderic Charlet, et un chef extraordinaire que j’ai découvert grace à l’émission : Jacky Ribault ( une étoile pour son restaurant : Qui Plume La Lune à Paris ).

Ce gars est une pépite. Pour deux raisons : sa personnalité très humble et ses astuces culinaires extraordinaires. Pour moi, c’est le seul vrai chef du trio et surtout le seul à se mettre à la portée  » des néophytes  » tout en restant très professionnel.

Il faut dire, ils ont chacun leur identité propre. Nathalie c’est celle qui pique les idées sur Pinterest. Et oui, beaucoup de ses idées ont déjà été essuyées par bon nombre de blogueurs. C’est elle qui tient le rôle de la  » fille  » girly et cuisine de bas niveau ( ce qui est dommage parce que j’ai adoré la regarder sur Masterchef à l’époque et suivre ses interviews quand elle montait son FoodTruck ou encore son livre est superbe : un vrai petit bijou avec une honnête qui me plaisait énormément ). Là, elle a trop un rôle  » cuisinière amateur « . Comme s’il fallait une femme sexy pour faire de l’audience.

Le marseillais, lui, il vous fera des cuisines du Sud très sympas mais souvent… trop complexe dans le dressage. On est loin de la facilité pour cuisiner.

Alors pourquoi regarder cette émission ?

Ca fait un très bon bruit de fond. Les éclats de rires sont pas toujours faux ( je me demande quand même combien de temps il faut pour un épisode à tourner ? versus temps de visionnage ) et Norbert invite de plus en plus d’enfants sur le plateau ce qui donne une sacré fraicheur et des mimiques à se poiler par moment.

Parce que les recettes du chef… sont originales, simples et reproductibles.

Parce que les astuces tant gadget que culinaires sont très sympas à retenir. Qu’on apprend parfois plein de choses et parfois ca fait du bien de les redire. Que parfois y a de vrais gag ( je me rappelle la Chips de betterave ou la saucisse… qui ne fonctionnait pas des masses et qui avait un côté très… déplacé ).

La surprise du chef est extra.

La plupart, une bonne culture G vous permet de les deviner bien avant qu’elle soit découvertes par Norbert. Par contre, le jeu pour les découvrir lui est très très intéressant et je me suis plantée plus d’une fois en essayant de le reproduire.

C’est du coup, une excellente émission de divertissement, mais je me demande si quand le Chef Norbert en aura fait le tour si l’émission ne s’essoufflera pas d’elle même ou s’il ne faudra pas la refaire avec des patissiers plutôt que des cuisiniers. Histoire de voir apparaitre de nouvelles questions ou défis.

Et puis il faut le dire : parfois y a des défis de dingue des internautes. A se demander pourquoi les gens se posent ce genre de questions.

Les chefs doivent se poiler bien des fois pendant les brainstorming et la préparation de l’émission. Une émission making off pourrait être très intéressante un peu comme Nouvelle Star les coulisses.

Les recettes sont semble t’ils ici : lien. Personnellement, je les recopie en direct quand une me plait.

***

Recettes testées :

Poulet rouge de Jacky Ribault : cela donne un poulet un peu trop sucré mais avec une très jolie couleur à la découpe rosée.

IMG_9398

Tarte au citron meringuée de Nathalie Nguyen : la première fois que j’ai vu cette tarte au citron c’était dans le livre éponyme de 750gr et à l’époque déjà je n’avais pas réussi à la reproduire. Il doit y avoir une astuce… Mais je n’ai toujours pas trouvé laquelle malgré de nombreux essais. Recette en tout cas excellente qui a fait l’unanimité.

IMG_9364

***

A découvrir : lien

Glace à la figue et cardamome : à mon avis, le mélange figue et cardamome est excellent. C’est une très bonne idée. Par contre, la glace en elle même, je n’aime pas trop. Ma version de la glace coco est meilleure… Mais ajouter de la purée de fruits à la glace est une très bonne idée.

Tonka et Batak

Oh lala comme dirait Arthur le Caisne dans son dernier livre dès qu’il aime quelque chose : « c’est un truc de dingue » que c’est petites épices.

Je suis en pleine lecture du livre d’Arthur Le Caisne, son petit dernier, mais il est très  » complexe  » à lire quand on n’y connait rien. C’est mon cas. La viande, je l’achète sous cellophane le plus souvent. Je ne regarde presque jamais la composition alors vous dire de quel animal elle vient… ahahaha… Sans déconner. La viande c’est cher. Très cher.

Mais son livre donne envie de s’y mettre et de s’y intéresser. Très intéressant : je vous recommande : Le manuel du garçon boucher de Arthur Le Caisne.

La fève de Tonka

IMG_9403

Tout le monde en parle et pourtant… Je n’en avais encore jamais mangé. Il faut dire, les trucs à la mode… généralement, ça me rebute. J’ai l’impression qu’on nous transforme en moutons qui doivent bêler sur commande.

Aussi quand j’ai reçu des fèves de Tonka y a un an et demi dans une Box Ma cocotte ( très bonne box d’ailleurs ), je ne les ai pas utilisées. Je les ai regardées, petites fèves noires et blanches à l’intérieur en me demandant comment j’allais les utiliser… et j’ai passé mon chemin.

Sauf que voilà, j’ai réalisé une mousse au chocolat du livre Cuisine la Référence. La recette vient en tête de mes préférées avec celle de Chef Simon. Une pure merveille comme je vous le dirais bien après.

Et comme il y en avait un saladier entier ( pour 8 couverts ) j’ai décidé de voir ce que cela ferait de l’aromatiser avec de la fève de Tonka puis de tenter la Baie de Batak.

J’ai tellement adoré la râper à la Microplane, que j’en ai saupoudré mon café et je suis sure qu’un moka à la tonka ou bien une crème chantilly tonka sur un café cela doit être une vraie petite tuerie.

Si pour mon fils, cela rappelait le chocolat blanc, j’ai bien été incapable de dire à quoi cela me faisait penser sinon que cela avait l’odeur additive de la barbe à papa.

 

La baie de Batak

IMG_9397

ou Poivre andaliman

La baie de Batak, d’origine indonésienne, était offerte par Terres exotiques dans mon colis d’épices. C’est l’épice que j’avais choisi dans ce que me proposait la société. Et je n’ai pas été déçue de ce choix. J’avais aucun apriori en ouvrant la boite aussi j’ai été submergée par l’odeur de citron, citronnelle et combava en reniflant les petites baies. Et ces odeurs sont encore plus fortes quand on les écrase dans le mortier. Un vrai petit plaisir dans la mousse au chocolat.

Je pense que cette saveur acidulée serait parfaite dans une crème pâtissière à la place de l’éternelle vanille. Et on pourrait l’imaginer en complément d’un agrume ou dans son remplacement…

Donc à voir. Ce qui est sur c’est que j’ai adoré cette baie.

***

Ce soir, sinon c’était Flétan au Vadouvan

Le vavoudan, d’origine franco indienne,  a une odeur assez relevé quand vous ouvrez le pot. C’est très particulier. On dirait une sorte de curry (après vérification sur le site : il est composé d’oignon, d’ail, de graines de moutarde, de lentille urid ?, de fenugrec, de cumin, de fenouil, de curcuma, de feuille de curry et d’huile de coco ) en morceaux plutôt qu’en pâte. J’avais pour idée de le tester avec la recette du site d’Erwann mais j’avais pas vu l’histoire des moules.

Du coup, j’ai réalisé un flétan vapeur sauce vavoudan vin blanc et riz parfumé au sel bleu de Perse accompagné de trompette de la mort.

La recette :

Etape 1 : le riz. Une mesure de riz = une mesure d’eau. Rajouter une demi mesure et hop au rice cooker.

Etape 2 : la sauce. Emincez finement 3 échalotes. Ecraser deux gousses d’ail et émincez les finement. Mettez les dans une casserole petite avec 2 CS d’huile d’olive. Faites revenir. Quand l’odeur commence a être entêtante, rajouter un verre de vin blanc pour déglacer. Remuez bien et baisser le feu à petites ébullitions. Laisser réduire.

Après une dizaine de minutes quand c’est bien réduit, ajouter deux verres de crème liquide, ajustez l’assaisonnement et retirer du feu. A ce stade, votre sauce a une belle couleur  » curcuma « .

Au goût, la saveur du vavoudan se fera en arrière bouche c’est à dire, vous avalez et quand vous rouvrez la bouche, vous sentez l’épice sur la langue qui se développe.

Etape 3 : le poisson. Vous prenez votre panier vapeur et le graissez à l’huile ( j’ai toujours un reste d’huile de friture filtré près de ma plaque pour ces occasions ). Et déposez votre poisson dessus. Laissez cuire 30 minutes. Le Flétan est très iodé, hésitez pas à prendre un poisson avec moins de goût si vous préféré comme le Cabillaud ou bien la Dorade.

Etape 4 : laver les trompettes de la mort à grandes eaux. Egoutez les. Mettez 20 grammes de beurre dans une poêle, une bonne gousse d’ail écrasée et émincée. Vos champignons. Quand le tout a rendu de l’eau, versez cette dernière dans l’évier et continuez la cuisson de vos champignons en ajoutant le persil émincé.

Dressez et servez.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé cette improvisation.

Merci à Terre Exotique pour cet épice.

Merci à P. pour m’avoir fait acheté des trompettes de la mort. Tchoupi déteste, mais j’ai bien apprécié pour ma part. Promis, je vous en achète pour la prochaine séance.

Merci à Moichef pour le vin blanc  » Si mon père savait  » qui a accompagné ce repas. Un très bon blanc sec mais qui monte très vite à la tête.

***

coffre patisserie

Une astuce pour ranger ses douilles de pâtisserie : alors, je ne sais pas vous, mais retrouver mon matériel de pâtisserie me pompait l’air… Aussi, j’ai cherché une solution. Etant une grande utilisatrice d’huiles essentielles dans ma vie professionnelle, j’ai eu l’idée d’utiliser les boites Aromazone pour ranger mes douilles et mon matériel de pâtisserie. Au final, j’aime bien la clarté que ça m’offre.

Et pourquoi pas la décorer plus tard…

Qui sait…

Bonne soirée

Ayan.

 

♫ Fall Out Boy – Immortals

MoiChef Nicolas Beaumann

MoiChef

Box Beaumann

IMG_9449

Il est très rare que je poste en direct mes recettes car je suis souvent trop claquée en semaine pour cela ( merci la programmation WordPress d’exister ). Toutefois, une fois n’est pas coutume, je vous fais cette publication en direct.

Les photographies arriveront peut être avec du décalage donc pas d’inquiétude.

La box contenait :

IMG_8993

De la confiture d’algues : une petite tuerie très salée que cette petite chose. A mon avis en tartine avec du fromage frais peu corsé ca peut s’avérer très bon ou en condiment à un poisson blanc. A voir…

De l’huile d’olive citronnée : une bonne idée mais sans plus

Du vinaigre balsamique blanc : ca décape

Du shiso à planter

Du vin blanc

Du Kasha : de loin la découverte de cette box que j’ai préféré. Je ne connaissais pas du tout… et ca donne des idées pour mes prochains nuggets. J’adore ce goût légèrement torréfiée et croustillant sous la dent. Une tuerie que j’ai pas pu m’empêcher de grignotter pendant toute la recette.

Un remerciement à l’équipe Moichef qui m’a répondue très rapidement ce soir mais malheureusement je n’ai pas pu avoir accès au lien donc je ne le verrais que demain. Sinon, les interviews du chef étaient vraiment chouettes à regarder. Le côté naturel et peu à l’aise de notre chef devant la caméra a rendu cela très agréable à visionner.

Un coup de gueule à mon poissonnier : la prochaine fois que vous me vendez une langoustine pourrie : je vous la jette à la figure et vous force à la bouffer ! C’est une honte pour votre métier que de le salir en osant vendre cela. Si j’ai un conseil : demandez à ce que votre poissonnier les retourne TOUTES pour vérifier en dessous la couleur des langoustines. 

IMG_9436

La recette : Langoustines croustillantes sarrasin girolles et caramel d’agrumes.

Normalement, pour faire la recette, vous avez les ingrédients, comment faire vos courses de produits frais ( très sympa ), la recette en détails ( bonnes explications ), la vidéo sur Youtube et le dressage. Sauf que suite à une petite erreur technique les vidéos n’existaient pas au moment de la réalisation de la recette.

Je me suis donc aidée de cette vidéo pour les langoustines : lien

Et ca c’est la galère que j’ai eu à préparer les langoustines – j’ai encore des efforts de cadrage à faire –  : lien 

langoustine crevette

La Préparation :

préparation tomates

Pour l’eau glacante, j’ai pris des pack de gel que j’ai plongé dans l’eau. C’est ma technique désormais pour faire de l’eau gelée car les glacons j’en ai jamais assez au congélateur.

Pour les jus d’agrumes, je les ai tous passés au chinois car sinon la pulpe aurait probablement solidifié mon caramel à la fin. Et comme je voulais le dresser avec la cuillère Spoon, il me fallait quelque chose d’uniforme.

IMG_9435

La cuisson :

Malgré que j’ai égouttée les girolles après les avoir lavées, je les ai trouvées trop gorgées d’eau… Du coup, elles étaient trop molles et pas assez croquantes.

cuisson

Un conseil :

Ne mettez pas de sel chaque fois qu’on vous le dit dans la recette. Attendez le dressage et déposez de la fleur de sel. Le Kasha est relevé, la confiture salée et l’acidité de votre caramel est juste ce qu’il faut pour contre balancer. D’ailleurs personnellement, j’ai réajusté l’acidité de ce dernier pour une plus belle saveur.

Prévoyez un peu plus de temps que ce qui est prévu pour la recette.

Dressage :

IMG_9461

J’ai tenté celui du chef à l’aide de la photographie dans l’assiette bleue. Et puis, pour mon chéri comme d’habitude j’ai un peu baclé… Mais il a l’habitude ^^

Goût :

Je vous dirais ce qu’en pense Tchoupi quand il aura testé pour ma part, j’ai adoré les aubergines laquées à la confiture d’algues. C’est vraiment très bon.

Comme vous avez pu le voir, j’avais acheté au début des crevettes car je ne trouvais de langoustines. Finalement, j’ai fait deux versions… Une crevette et une langoustine. … Je préfère les crevettes plus fermes moins iodées. Les langoustines par contre ont une chair plus fondante en bouches et mais plus forte en iode.

Une très belle idée et de belles techniques culinaires. Je ne mondais pas comme cela mes tomates et finalement j’aime assez la technique du chef. Quant au caramel d’agrumes, c’est une très bonne idée que je reprendrais volontier pour d’autres utilisations.

Une belle découverte.

IMG_9464

Et vous ? En avez vous tester une ? Qu’en pensez vous ?

Ayan.

♫ Five Finger Death Punch Remember Everything

Bourges and Co

J’ignore si c’est la fatigue ou la distance mais j’ai du mal à reprendre pied ces temps ci… J’étais à Bourges pour le week end en formation et non en touriste mais j’ai été agréablement surprise par cette ville dont je ne connaissais rien et par la beauté du temps. L’architecture est sublime tant dans les petites rues piétonnes aux airs de Witchers que les colombages des maisons ou encore cette immense cathédrale… où on se surprend à se dire… de nos jours personne ne construirait cela !

C’est une ville impressionnante.

Pour moi, ca été l’occasion de passer un peu de temps seule sans les enfants… et sans le mari à profiter du silence.

Soit dit en passant, mon silence a peu plus à mon Tchoupi mais c’était de sa faute. Monsieur m’a fait une crise de jalousie et alors que je ne lui cache rien, je me suis retrouvée à lui cacher qui venait me chercher à l’hotel, avec qui je dinais… bref, une ambiance un peu pesante où je me sentais coupable et avait envie de lui prouver qu’il se trompait en surjouant tout… J’ai détesté.

C’était aussi l’occasion de tester quelques restaurants du coin et de faire des emplêtes de spécialités. Comme je le disais dans un précédent post, je suis pour moitié Berrichonne, mais je ne connais pas grand chose du Berry à part Issoudin, Déols, Orléans, Chateauroux, Vierzons… Les endroits où la voiture de mon père est déjà passé.

Dans le Berry, les gens sont fiers de leur mauvais caractère (n’est pas berrichon qui veut ), de leur fromage, et enfin de leur paté berrichon.

Et pourtant, c’est en découvrant Bourges que j’ai découvert l’origine du boeuf bourguignon, le paté berrichon, le fait que c’était le pays des sorcières ( et oui, étant auvergnate : les sorcières c’est plutôt l’auvergne que le berry pour moi ! ceux qui ont l’occasion, le musée des sorcières est fantastique ) et le Valencay.

Aussitôt revenue, j’ai briqué la maison ( dont il ne reste plus rien aujourd’hui, car certains s’attendent trop à ce que je fasse le sale boulot quand ils ne sont pas là !!! ) et préparé le repas pour mes amours.

IMG_9378

Pour la première fois depuis un moment, j’ai proposé à ma mère de rester et on a passé une soirée très agréable à discuter, manger et boire. Bar à la sauce au beurre et à l’aneth, riz parfumé et gomasio ( un mot nouveau pour ma maman  » c’est chouette on découvre toujours plein de chose chez toi ), tarte au citron revisité.  » C’est vraiment bon, t’as de la chance Tchoupi, c’est pas toutes les femmes de cet âge là qui cuisinerait tous les soirs « .

 » Non, mais le problème, c’est qu’Ayan ne fait jamais deux fois le même plat  » !

Les entendre me complimenter m’a fait plaisir… C’est idiot mais mes parents n’ont jamais été prolixes de compliments. Comme j’étais pas très bonne à l’école ( comprenez pas suffisamment par rapport à mes cousins ou ma soeur ), j’étais toujours terrorisée de rentrer chez moi. Mes parents ne parvenaient jamais à voir  » les choses positives  » et ne voyaient que les choses  » négatives « … si bien que j’ai fini par cacher deux choses  » les meilleures  » et les « mauvaises  » pour ne dire que l’entre deux…

Je me rappelle quand je suis arrivée 94ème sur 814 personnes au concours de médecine, j’étais tellement fière. Mais comme tout le monde dans ma famille ne cessait de me dire que j’étais nulle, que j’étais pas assez bonne, que j’y arriverais pas, que de toute facon tel ou telle personne qui elle avait eu une mention y était pas arrivé… Alors je ne l’ai dis qu’à ma grand mère. Ma grand mère c’était la première adulte que j’ai respecté.

Elle était honnête avec moi, trop franche. Mais j’ai toujours eu à coeur de lui faire plaisir et de respecter sa facon d’être. Elle n’aimait pas que je porte tel ou tel habit, que je parle de telle ou telle facon… Comme j’avais appris avec mon père a être une gentille petite fille, être une personne présentable pour les amis de ma grand mère et correspondre à ses idéaux étaient faciles. L’intelligence est la capacité d’adaptation. Je suis plutôt d’accord ^^

Elle m’a promis de gardée le secret même quand à Noel ma tante et son amie m’ont dit que je pourrais jamais être bien classée… Mais comme elle me l’a dit, ca lui a couté de les entendre…

Tout cela pour dire que je ne sais pas gérer les compliments.

Ca amuse certains patients qui me connaissent depuis longtemps parce que je rougis vite, je change de sujet, ou je bug.

Mais quand c’est un de mes parents qui me fait un compliment ca me touche vraiment énormément.

J’espère sincèrement que mes enfants ne grandiront jamais avec le sentiment qu’il faut qu’il est de bonnes notes pour être aimer ou qu’il leur faut être gentil et parfait pour mériter notre amour.

Le jour où j’ai appris que l’amour de mon père était conditionnel au fait que je sois une gentille fille comme on peut être un gentil petit chien… j’espère qu’aucun de mes enfants ne connaitra cela.

Mais, il ne faut pas croire qu’il est aisé d’apprendre à nos enfants à s’aimer et à nous aimer. Pas plus qu’il n’est facile de leur apprendre qu’on les aime même quand on les dispute ou les gronde.

Y a peu j’ai du expliquer au mien que si on le grondait c’est justement parce qu’on l’aimait et qu’on voulait qu’il soit aimé par les autres. Que les enfants qui font des bétises et dont les parents se fachent pas seront un jour détestés par les autres… et privés d’amour. Mais trouver les bons mots, les mots justes… et les bonnes justifications n’est pas chose aisé.

Ayan.

La cuisine verte

La cuisine verte

de Carlo Bernasconi et Larissa Bertonasco

 

Ce livre chiné près de Denfert Rochereau sur le grand boulevard où il y a Lush et Muji. Ils proposent très souvent des livres de cuisine à 50% et souvent qui ne sont pas parus dans la presse. L’occasion parfois de découvrir certaines pépites.

Même si je ne suis pas végétarienne, ce livre leur conviendra parfaitement car il fait la part belle aux légumes dans une cuisine toute italienne.

Les auteurs y présentent 145 recettes divisées par légumes et donc par saison. A savoir :

  • artichaud
  • haricots
  • brocolis
  • chou fleur
  • epinard
  • courgette
  • fenouil
  • petits poids
  • asperges
  • polenta
  • champignon
  • courge
  • tomate
  • oignon
  • salade de trevise
  • aubergine
  • poivron
  • carotte
  • pomme de terre

 

De quoi vous donner plein d’idées de recettes quand vous avez du mal à faire manger certains légumes aux enfants. On peut regretter l’absence de photographies ou de dessins des repas dans tout le livre. Ce qui rebutera certains lecteurs.

Nous avons testé :

IMG_8889

Pomodori ripieni di mozarella : la recette était bonne mais mon homme n’était pas fan.

Chèvre au four

Chèvre au four

IMG_9046

Le chèvre au four est une recette familiale de ma mère. Sauf qu’elle l’a toujours fait avec un petit manque de finesse puisque ce dernier était juste gratiné au four et mis sur de la salade verte.

Pour ma part, je tiens mon inspiration de mes repas déjeuner avec F. et C. quand on était en école de kiné. Le midi on sortait cherchait notre repas dans une sandwitcherie excellente ( qui a fermé depuis ) et qui proposait un sandwitch au chèvre miel et noix.

Or, je déteste cela… Donc, j’ai mis beaucoup de temps à me décider à tester ce sandwitch. Et finalement, quel délice.

Du coup ma recette est toute simple :

  • du chèvre en crotin. Vous avez une version  » petit prix  » avec des crotins de chèvre de supermarché, et la deuxième version avec du fromage de chèvre grand frais ( 4 euros les 2 crotins ). La deuxième version était moins coulante et plus fondante.
  • des noix fraiches
  • du miel ( Dans Cocotte Box, j’ai eu la chance d’avoir un coffret avec un miel excellent une fois, et c’est donc celui là que j’utilise quand je cuisine ).
  • du poivre en grains moulu
  • une belle salade

Prenez un plat à gratin et posez vos ptits crottins.

Prenez votre couteau de chef et émincez les noix. Le but est d’avoir une brunoise assez grossière pour pouvoir sentir le côté croquant. S’il en reste, faites les torréfier au four à 150°C pendant 20 à 30 minutes. C’est délicieux dans une salade maison.

Versez un filet d’huile d’olive sur les crottins, puis les noix, le miel, et rajoutez encore un filet d’huile d’olive.

Faites cuire dans un four préchauffée à 200°C pendant 20 minutes. ( surveillez selon les crottins cela ne cuira pas de la même façon ).

Bon app.

Ayan.

Le Gratin de Tata Momo

Gratin de Chayottes

IMG_8913

Si ma tante voyait cela, elle me tuerait probablement sur place. Comment oses tu m’appeler  » Momo  » ?! A part pour l’embêter, je ne l’appelle jamais comme cela. Momo est une excellente cuisinière. Le plus ancien souvenir que j’ai de sa cuisine, c’est un été où je me trouvais chez elle et où sa maman et elle confectionnait des samoussas. J’étais une vraie fan de samoussas à l’époque car ma mère me donnait toujours quelques pièces pour en acheter au marché de Chatillon.

L’odeur des épices emplissait le jardin. J’ignore pourquoi elles les faisaient dans le jardin, mais je revois le cerisier et elles sur une table dans le jardin. Ce jardin a beaucoup de mes souvenirs d’enfance ou d’adulte.

Il faut dire pendant longtemps ca été  » mon refuge « ,  » ma deuxième maison « … Au début, parce que c’était là qu’étais mes cousins que j’adorais, puis après parce que mon père nous y larguait, et après… parce que je m’y sentais mieux que chez moi !

Momo et mon oncle sont aussi les seuls qui m’ont mis en garde contre les garcons. C’est Momo qui m’a fait testée mon premier déodorant. Et mon oncle m’a fait découvrir beaucoup d’alcool que je ne connaissais pas comme le Colonel ou le Punch Coco.

Bref, Momo a toujours su réunir autour de sa cuisine des gens dans la joie et la bonne humeur. Et quand on connait ma famille… Je peux vous assurer que c’est pas une sinécure.

Momo cuisine créole le plus souvent : rougail saucisse, chayotte, etc… Parmi toutes ses recettes, l’une de celle que je voulais refaire c’était le gratin de Chayotte.

La Chayotte ou chouchou pour les intimes est un légume vert lourd a la peau lisse. Très cher au kilos : 4 chouchous vous reviendront vers 5 euros. et il vous en faudra au moins 6 pour un gratin.

La chayotte est un légume qu’il faut éplucher avant la cuisson. Sa peau si elle est lisse, elle devient collante à l’économe. Et d’une colle genre super glue ( je me suis brulée les doigts de la main gauche à force de tenir le légume ). Donc méfiance. Eventuellement, comme le Taro, éplucher le sous l’eau.

La recette

Il vous faudra :

  • Au moins 6 chayottes
  • un économe
  • du thym
  • de l’ail
  • de la farine
  • du beurre
  • du lait
  • de la muscade
  • du sel
  • du gruyère rapé

 

1/ Eplucher vos chayottes en faisant attention aux plis du légume. Rincer les. Puis, couper les en morceaux.

2/ Préparer une grande casserole d’eau ( ca gonfle à la cuisson ) et mettez y 3 gousses d’ails écrasées ou fendillées ( pour plus de saveurs ) , un demi bouquet de thym frais et du sel.

Ajouter quand l’eau bout les chayottes.

Laisser cuire au moins 40 minutes : jusqu’à ce que le fruit soit mou.

3/ Ma tante les écrase à la fourchette. Personnellement, j’ai pris le mixeur plongeant. Par contre, elle recommande d’égoutter le légume. Je l’ai fait deux fois. Une fois quand j’ai sorti la préparation de la casserole. Puis une deuxième fois après avoir mixé.

4/ Réservez.

5/ Préparer une béchamel. Soit vous faites au pif comme moi. Soit vous la faites pour de vrai auquel cas mettez 60gr de beurre dans une casserole et faire fondre à feu doux. Ajouter en un coup 60gr de farine et mélanger vivement. Comme de la pate à choux.

Puis quand la pate formée se décolle de la paroi, ajouter le lait par petite touche. Personnellement, j’ajoute autant de lait que je veux de béchamel. Plus on fait cuire, plus la béchamel prend.

Quand vous avez la quantité désirée, ajouter de la muscade rapée. Ne pas lésiner.

J’ajoute aussi du poivre moulu au mortier. Cela exale davantage de saveur qu’avec un poivrier. Et c’est plus sympa à faire.

6/ Préchauffer le four à 180°C

7/ Dans un plat à gratin, mettre une couche de chouchou, recouvrir de béchamel, ajouter une couche de chouchou, recouvrir de béchamel.

8/ Ajouter du gruyère rapé.

9/ Enfourner 25 minutes.

Déguster !

Mon fils et mon homme adorent et pourtant c’est un légume vert ! Comme quoi il est tout à fait possible de leur faire manger des légumes verts. ^^

Ayan.

 

Tarte à l’ananas CAP

Tarte à l’ananas CAP

Sujet 2017

 

Session 2017 tiré du blog C’est mon gâteau qui référence l’ensemble des sujets tombés en 2017.

Mon compagnon est un mordu d’ananas. Il l’aime chaud, froid, en compote, purée… J’ai du lui faire un nombre incalculable de recettes qui ont eu leur primauté comme l’ananas meringué et le porc à l’ananas. Et probablement parce qu’il est fan de ce fruit, il m’a fait un délicieux Riz cantonais servi dans un demi ananas dont l’inspiration lui avait été insufflé par le restaurant Le Paradis du Bonheur à Bourg La Reine.

Restaurant qu’on a rebaptisé  » Chez Tim  » pendant plus d’un an parce que la première fois qu’on s’y est rendu on était fourbu, on avait faim… Rien n’était ouvert. Mais, ce restaurant asiatique lui l’était. Il n’y avait que le serveur Tim, et un client régulier. Tout le repas s’est déroulé à 4 à discuter, parler, échanger autour de mets délicieux. Comme je le disais au cuisinier, c’est le meilleur chinois à plusieurs kilomètres à la ronde. La nourriture est copieuse, bonne, gourmande. Les plats sont  » très  » classiques mais permettent de varier à chaque visite. Un peu cher mais les produits sont de qualité. On n’a jamais été décu et pendant longtemps, ca été notre restaurant d’amoureux auquel on ne faisait aucune infidélité.

De passage en région parisienne, et amateur de nourriture chinoise c’est là bas qu’il faut se rendre ! Cécile, la jeune propriétaire saura guider vos choix de plats si vous hésitez. Pour les enfants, privilégiez le poulet croustillant qu’ils vont adorés.

Revenons à cette tarte à l’ananas qu’a dévoré mon Tchoupi.

***

Pâte sucrée

  • 200gr de farine
  • 3 gr de sel
  • 80gr de sucre glace
  • 40gr d’oeuf
  • 120gr de beurre mou

Si le beurre est à température ambiante, il faut absolument commencer par la pâte sucrée car elle prend entre 1 à 2h au frais au risque qu’elle soit trop molle pour être travaillée au rouleau.

Il faut tout d’abord rendre le beurre mou pommade en mélangeant à la maryse ce dernier dans un bol.

IMG_9235

Puis ajoutez le sucre glace

IMG_9237

Bien mélanger à la maryse pour avoir une consistance crémeuse.

IMG_9238

Ajouter les oeufs battus jusqu’à obtenir cette consistance bizarre d’oeufs brouillés.

IMG_9239

Faites un puit de farine sur votre plan de travail ( ici ma planche ) et versez au milieu l’appareil. Pour mélanger, prenez votre coupe pate en commencant par l’intérieur et non par l’extérieur. Ce qui explique les fuites.

Ne pétrissez pas. Quand l’amalgation est réalisée, l’enrouler dans du cellophane et mettre au frigo plus de 2h.

Je vous conseille de faire une boule que vous applatissez de facon à obtenir un paton rectangulaire comme pour la pate feuilletée ce sera plus facile de l’étaler après à la grandeur voulue. Ne l’étalez pas entre deux feuilles de cuisson jusqu’à l’épaisseur voulue car vous verrez qu’elle cassera de toute facon au frigo.

Donc privilégiez un paton.

2/ Faire la confiture d’ananas

IMG_9240

Un vrai délice.

3/ Sortir la pate du frigo, et l’étaler avant de foncer votre cercle à tarte.

Il y aurait beaucoup de critique à faire mais personnellement, j’étais très fière de moi. C’est la première fois que j’arrive à foncer correctement sans tricher mon cercle. D’autant que j’avais complêtement oublier de la beurré et de le fariner. Quand je m’en suis rendue compte c’était trop tard.

4/ Piquer votre tarte à la fourchette.

Préchauffer votre four à 180°C

5/ Disposez votre confiture d’ananas refroidi sur le fond de votre tarte.

IMG_9252

6/ Disposez vos tranches d’ananas. Il faut savoir que sur le dessin du CAP c’était des demi cercle d’ananas… J’ai réfléchi deux jours pour savoir comment le faire sans succès… L’illumination m’est venue que plus tard… Donc, du coup, j’ai mis mes cercles entiers.

IMG_9253

Prenez votre cannelle ( malheureusement de Chine pour moi : la meilleure est sri lankaise, l’habituelle de Chine est grossière épaisse dans la facon dont les rouleaux sont fait. Il paraitrait même qu’elle est toxique. Mais c’est celle que vous trouverez partout. )

Saisissez votre rape microplane et rapez. Attention au doigt.

8/ Faire cuire 20 minutes

IMG_9259

Par précaution limé les bords de votre tarte à la microplane après cuisson dans le cercle à tarte. Ca évitera de casser votre tarte.

IMG_9260

DEGUSTER.

Mon compagnon m’en re réclame depuis qu’il a fini la dernière part au petit déjeuner. C’est vraiment bon. Et je me demande si un peu d’acidité dans la confiture d’ananas avec du zeste de citron vert ne sera pas intéressant… A voir…

Ayan.